Économiser grâce à un poêle à bois

Installer un poêle à bois ou granulés peut effrayer : en effet, cela à un coût et nécessite l’intervention de professionnels. Ces dernières années, le calcul devient cependant de plus en plus intéressant, et le prix des énergies classiques comme l’électricité ou le chauffage au gaz ne cesse d’augmenter.

Quelles économies pouvez-vous réaliser en installant un poêle à bois ou granulés chez vous ? En combien de temps cet investissement sera rentabilisé ? Nous vous aidons à mieux comprendre et choisir le type de chauffage idéal pour votre logement.

Pourquoi choisir un poêle à bois ?

Installer un poêle à bois, c’est avant tout souhaiter économiser sur sa consommation pour chauffer son logement. En plus d’être économique, un poêle à bois est esthétique et permet de retrouver le plaisir d’un chauffage agréable, convivial d’antan. Écologique, économique et esthétique, il convient à tout type de logement, en tant que chauffage principal ou d’appoint?

Poêle à bois et cheminée : quelle différence ?

Alors qu’une cheminée nécessite l’installation d’une hotte et la construction d’un habillage, le poêle à bois s’avère beaucoup simple d’installation. Une cheminée avec insert est globalement plus gourmande en bois et fait parti des murs de votre logement. Un poêle à bois offrira un rendement supérieur à moindre coût, en chauffant par rayonnement : la chaleur se diffuse tout autour de votre poêle, réchauffant les murs et l’air de la pièce.

Économiser grâce à l’installation d’un poêle à bois ou granulés

La consommation annuelle moyenne des ménages français en énergie pour le chauffage est de 19 000 kWh La consommation énergétique moyenne est donc d’environ 204 kWh/m²/an.

Pour donner un exemple précis, pour une maison de 100 m², la consommation sera d’environ 20 400 kWh par an. Si vous chauffez cette maison à l’électricité toute l’année, vous débourserez environ 2 600€. Avec un poêle à bois, le coût est ramené à environ 650€.

De nombreux facteurs rentrent en considération : l’isolation de votre logement, la puissance de votre installation de chauffage, la variation des prix de l’électricité et du gaz etc..

Bien choisir son poêle à bois

La puissance du poêle à bois est déterminante. Il faut donc bien prendre en compte le volume de la pièce à chauffer pour déterminer le rendement thermique et donc la puissance en kW nécessaire pour chauffer correctement votre logement.

A titre d’exemple, pour chauffer une surface correctement isolée de 10 m² de 2,5m. de hauteur sous plafond, il faudra 1kW. Pour chauffer une surface de 70m², un poêle de 7Kwh sera donc nécessaire.

Attention, il n’est pas recommandé de faire fonctionner un poêle à bois ou granulés en sous-régime : il perdra en qualité de combustion et consommera plus. Il faut donc le faire fonctionner au maximum de sa puissance et ne pas acheter un poêle à bois trop puissant par rapport à la surface à chauffer.

Où installer son poêle à bois ?

Le poêle à bois ou granulés créant une chaleur diffuse, il est recommandé de l’installer au centre de la pièce à chauffer. Il chauffera également, si les surfaces ne sont pas trop grandes, les pièces voisines. Une ventilation permettant de pulser l’air chaud peut être envisagée pour décupler les performances énergétiques.

Amortissement de l’installation d’un poêle à bois ou granulés : combien de temps ?

Encore une fois, il faudra bien prendre en compte les divers paramètres cités précédemment. Il existe également un crédit d’impôt qui s’avère très intéressant. Globalement, on estime un amortissement en :

  • 3 ans si vous passez de l’électricité au bois
  • 5 ans si vous passez du fioul au bois
  • 10 ans si vous passez du gaz au bois

Crédit d’impôt pour l’installation d’un poêle à bois ou granulés

Vous pouvez bénéficier d’une Crédit d’impôt pour la transition énergétique au taux unique de 30%, sans obligation de réaliser un bouquet de travaux. Depuis le 1er septembre 2014, le crédit d’impôt Développement durable s’applique pour l’achat d’un Poêle à Bois (hors coût de la main d’œuvre)

Le crédit d’impôt s’applique au prix de du poêle indiqué sur la facture de l’entreprise ayant réalisé les travaux (hors coûts de main d’oeuvre). Il s’applique sur le montant TTC du matériel, quel que soit le montant de la TVA appliquée (généralement 5.5 % pour les équipements utilisant une énergie renouvelable)

Du 1er janvier 2014 au 31 décembre 2015, le montant total des dépenses en faveur du développement durable donnant droit au crédit d’impôt ne pourra excéder :

  • 8 000 € pour une personne célibataire, veuve ou divorcée
  • 16 000 € pour un couple marié ou pacsé (soumis à une imposition commune)

Ce plafond est majoré de 400 € par personne à charge. Cette majoration est divisée par deux pour les enfants vivant en résidence alternée.

Afin de financer l’acquisition et l’installation d’un poêle à bois, le crédit d’impôt développement durable peut également, sous condition de ressources, être cumulé à un éco-prêt à taux zéro (Eco-PTZ).

Bouilloire électrique ou traditionnelle ? Bien choisir son modèle

Bien choisir sa bouilloire : difficile ! De très nombreux modèles sont en vente, de la bouilloire électrique à la plus traditionnelle, en vente en magasins spécialisés et sur Internet. Il y en a pour tous les prix et il est difficile d’identifier au premier coup d’œil les différences entre tous ces modèles. Voici un tour d’horizon des meilleurs modèles de bouilloires pour vous aider à mieux choisir votre modèle.

Comment choisir sa bouilloire ?

Il va tout d’abord falloir faire le choix entre un modèle électrique ou traditionnel.

La bouilloire électrique

Si vous souhaitez acheter un modèle durable, efficace et de la meilleure qualité possible, la bouilloire électrique est ce qu’il vous faut ! Cela a toutefois un coût, et ces modèle seront plus chers que les modèles traditionnels et sifflants. La bouilloire électrique prendra également un peu plus de place dans votre cuisine.

Les bouilloires électriques peuvent contenir jusqu’à l’équivalent de 7 ou 8 tasses et permettent donc de préparer plus rapidement vos dégustations. Elles permettent de chauffer l’eau deux fois plus rapidement qu’une bouilloire traditionnelle, et sont plus sûres car elles disposent généralement d’un système d’arrêt automatique.

Moins esthétiques que les bouilloires traditionnelles, elles sont cependant aujourd’hui déclinées dans de nombreux coloris et matériaux.

Attention au choix de ce dernier : une bouilloire en plastique sera moins chère, mais risquera de dégrader le goût de l’eau et peut également contenir du Bisphénol A.

Un bec large facilitera l’utilisation de votre bouilloire et sera plus sécurisante pour éviter de vous brûler. De la même manière, faites attention à la poignée d’utilisation : une poignée confortable, antidérapante et résistant à la chaleur vous évitera de nombreux désagréments.

Enfin, privilégiez les bouilloires au socle amovible et sans fils, qui vous faciliteront la vie.

La bouilloire traditionnelle / sifflante

Quoi de plus joli dans une cuisine qu’une bouilloire traditionnelle ? Les amateurs de thés se tournent généralement vers ces modèles, il est cependant important de garder à l’esprit certaines de ces spécificités.

Les matériaux des bouilloires traditionnelles influeront peu sur le temps de chauffe de l’eau, qui sera toujours environ deux fois plus long que pour une bouilloire électrique. En terme de sécurité, il ne faudra jamais laisser sans surveillance de l’eau qui chauffe avec ce type de bouilloire, qui ne dispose pas de système d’arrêt automatique.

Les matériaux principaux sont l’acier inoxydable, le cuivre, la fonte et le verre.

Les bouilloires en acier inoxydable sont les plus durables et restent les préférées des utilisateurs : faciles à nettoyer, elles ne ternissent pas et peuvent être conservées de nombreuses années.

Design et originales, les bouilloires en verre sont également facile à nettoyer. L’inconvénient est qu’elles ne doivent pas être en contact direct avec les flammes et qu’il faudra donc systématiquement placer un morceau de métal pour isoler le verre de la chaleur.

Les bouilloires en fonte ont l’avantage de maintenir une chaleur uniforme, mais celles-ci s’avèrent très difficile à entretenir à cause de la rouille qui apparaîtra rapidement.

Enfin, les bouilloires en cuivre permettent de chauffer l’eau un peu plus rapidement que les autres bouilloires traditionnelles, mais elles sont plus faciles et compliquées à entretenir au quotidien.

Il existe donc de très nombreux modèles qui sauront satisfaire vos goûts et besoins, à tous les prix. N’hésitez pas à consulter notre pour mieux choisir !

Comment choisir un rasoir électrique pour homme ?

La fourchette de prix d’un rasoir électrique est large : elle se situe en moyenne entre 40 euros et peut dépasser les 300 euros. Qu’est-ce qui explique cette différence de prix ? Quelles sont les fonctions à privilégier et les pièges à éviter ? Pour trouver votre prochain rasoir. Mieux Choisir vous propose un guide en 10 étapes.

1. Identifier le type de lame dont vous avez besoin

La première étape, c’est de choisir le type de lame qui correspond au mieux au type de votre peau. Si c’est pour offrir un cadeau, veillez à vous renseigner sur ce point. Dans tous les cas, sachez que les niveaux de performances entre ces lames est similaire.

  • Lame vibrante / à grille: Ce système est recommandé pour les barbes assez denses. Il est équipé d’une grille micro-perforée et possède une tête rectangulaire, généralement pivotante. Un « bloc-couteaux » est chargé de couper le poil dès que celui-ci est dans la grille. Notez qu’un rasoir électrique performant contient au moins deux grilles.
  • A têtes rotatives : Celles-ci conviennent mieux pour les barbes souples. Le principe de ce système est de redresser le poil pour le couper. Un modèle à trois têtes garanti un meilleur rasage. Toutefois, pour un adolescent, deux têtes suffisent.
  • A diffusion de crème: Sachez que pour les peaux les plus sensibles, il existe des rasoirs pouvant appliquer un gel hydratant. Celui-ci nourrit donc votre peau et évite les irritations.

Notez que pour chacun de ses systèmes, un temps d’adaptation est nécessaire pour votre peau. Laissez-lui trois semaines pour s’habituer et obtenir un rasage parfait.

2. Choisir le mode d’alimentation 

  • Rechargeable : Ce sont les modèles les plus recherchés et les plus intéressants. Certains fonctionne seulement sur batterie, ce qui est un plus pour la sécurité. Idéalement, il faut posséder les deux fonctions : un mode batterie et un mode secteur. Lorsque la batterie est vide, cela permet tout de même de faire fonctionner le rasoir en le branchant sur une prise électrique. Très pratique quand on n’a pas le temps de recharger. 
  • A pile : Le bas prix est le véritable atout des rasoirs avec piles, c’est le prix ! Compris généralement entre 15 et 40 euros, ce sont en général les moins chères. Ils sont aussi sans fil, ce qui permet d’avoir une liberté de mouvement. L’inconvénient, c’est bien sûr l’autonomie et ce côté moins pratique où il faut changer les piles. Ce n’est pas forcément adapter lorsqu’on est pressée le matin.
  • Alimentation sur secteur: Un modèle électrique qui se fonctionne uniquement sur secteur peut aussi se trouver dans le commerce. Ici aussi, les prix de ces appareils sont attractifs. Le revers de la médaille, c’est qu’il y a un cordon d’alimentation. D’un point de vue confort, ce n’est aussi pas la meilleure solution. 

3. L’autonomie

Les différences de prix s’expliquent aussi suivant l’autonomie de la batterie. Cette dernière s’étend en moyenne entre 30 et 60 minutes. Vous pouvez donc partir en week-end sereinement.

Le temps de chargement est aussi à prendre en compte même si c’est un critère moins important. Les rasoirs électriques les plus performants se rechargent en moins de dix minutes. Pour un modèle standard, comptez entre une et trois heures de charge.

4. Ne pas négligez la fonction tondeuse

Avoir un rasoir et une tondeuse en un seul appareil, c’est possible. On trouve de plus en plus la fonction tondeuse dans les rasoirs. Suivant l’appareil, on peut trouver une voir deux rétractables ou sous la forme d’une tête spécifique qu’il faut placer. Cela sert à tailler avec précision les pates, la barbe, un bouc ou encore la moustache. Idéal si vous aimez façonner votre look. Même si cela ne remplace pas une bonne vieille tondeuse, cette fonction intégrée à l’avantage d’être pratique, notamment si l’on est en déplacement.

5. Optez pour un rasoir électrique étanche

Simple et rapide, pouvoir nettoyer son rasoir à l’eau courante s’avère très utile. Des modèles waterproof vont encore plus loin puisqu’ils permettent de l’utiliser sous la douche. Ici aussi, pratique pour les hommes qui sont pressés le matin.

6. Un socle autonettoyant utile mais pas forcément indispensable

Pour certains utilisateurs, l’utilisation régulière d’une brosse et le démontage des têtes peut être assez fastidieux pour nettoyer son appareil. Si vous n’êtes pas très à l’aise avec ça il peut être intéressant de s’équiper d’un modèle avec un socle nettoyant. Grâce à de la lotion antiseptique, il s’attache à nettoyer automatiquement votre appareil. C’est une fonction pratique car aucune action n’est requise de la part de l’utilisateur.

Ces modèles plus haut de gamme nécessitent un changement régulier des cartouches de nettoyage. Comptez environ entre sept et dix euros par mois.

Il faut aussi prendre en compte l’encombrement du socle, en particulier si vous êtes régulièrement en déplacement.

7. L’indicateur de charge de la batterie

Pour savoir si votre batterie est pleine ou faible, il est judicieux d’avoir un rasoir équipé de cet indicateur. Cette option est encore plus utile si votre rasoir fonctionne uniquement sur batterie.

8. Le bon équipement

Quelques petits plus font souvent la différence. Le fait d’avoir une housse de transport, l’encombrement du matériel ou encore la présence d’un socle améliore le confort d’utilisation.

 9. La prise en main

Bien choisir son rasoir électrique, c’est aussi veiller au poids, à l’encombrement, à la largeur de la tête, au système de protection de la peau, à la fonction antidérapante, la facilité d’utilisation ou encore au bruit de l’appareil. Ils sont certes moins déterminant que les autres points mais ne sont pas à négligez. N’hésitez pas à vous renseigner sur les caractéristiques des appareils et à consulter les avis des internautes. 

10. Le bon prix

Evidemment, plus il y a d’option, plus le modèle est coûteux. Pour trouver le meilleur rapport qualité prix, il faut davantage viser sur un rasoir électrique situé entre 70 et 100 euros.

Vous avez noté toutes vos préférences ? Rendez-vous dans la rubrique comparatif pour trouver les modèles qui vous correspondent.